Pyélonéphrite sans fièvre : est-ce une infection du rein ?

Jalmalv.fr » Maladies » Maladies du rein & Infections urinaires » Pyélonéphrite sans fièvre : est-ce une infection du rein ?


La pyélonéphrite qu’elle soit avec ou sans fièvre est inquiétante et elle demande un traitement adapté. Il s’agit souvent d’une cystite qui est accompagnée d’autres symptômes à savoir des douleurs dans le rein et la température peut être supérieure à 38.5 degrés. Nous vous proposons un guide détaillé afin de vous aider à lutter contre ce problème de santé.

Qu’est-ce que la pyélonéphrite ?

Au départ, il s’agit d’une infection urinaire, mais il y a une complication puisque d’autres symptômes sont au rendez-vous. C’est le cas des douleurs dans la région lombaire et de la fièvre. Cette dernière n’est pas obligatoire, elle peut donc être absente, ce qui rend le diagnostic un peu plus complexe.

  • Il s’agit d’une atteinte du rein, les bactéries présentes dans la vessie ont donc migré jusqu’à cet organe.
  • Plusieurs causes sont énoncées à savoir une malformation qui entraîne un blocage lors de l’écoulement des urines. Ces dernières peuvent donc stagner au même endroit et les bactéries se développent aisément.
  • Les calculs ont aussi la même incidence puisque le canal est alors bouché.
  • Comme nous l’avons spécifié, les bactéries à savoir l’Escherichia Coli peuvent remonter dans le rein et les microbes se fixent alors au niveau des parois.
  • Les femmes sont souvent touchées par une cystite à cause de l’urètre qui est assez court, elles sont donc plus sujettes à cette pyélonéphrite.
  • Comme pour l’infection urinaire classique, les femmes enceintes sont également impactées.

Quels sont les profils concernés ?

La cystite peut toucher toutes les personnes que ce soit des femmes, des enfants ou des hommes. Il y a toutefois une certaine prédisposition qui peut s’avérer problématique, car la prolifération des bactéries est un peu plus conséquente. C’est le cas pour les femmes enceintes, la pyélonéphrite concerne près de 2 % des grossesses, une surveillance accrue est alors recommandée. Les personnes âgées de plus de 50 ans sont fragiles, le développement est alors un peu plus conséquent.

Les femmes sont davantage touchées, les études ont montré que 6 % d’entre elles avaient déjà les germes à l’origine de ce problème de santé et elles ne connaissent pas leur existence. Il faut être vigilant avec les petites filles et notamment les adolescentes, car l’urètre est court et les premiers rapports sexuels sont souvent problématiques.

  • La taille de la vessie a également un rôle à jouer dans cette pyélonéphrite.
  • Lorsque le volume est important, l’envie n’est pas fréquente pour uriner, les bactéries peuvent donc stagner plus longtemps.
  • Si la vessie a une superficie assez faible, vous aurez souvent l’envie d’uriner, les microbes ne peuvent de ce fait pas rester au même endroit très longtemps.

Quels sont les symptômes pour cette pyélonéphrite avec ou sans fièvre ?

Avant de transmettre un traitement, le médecin aura l’occasion de réaliser un diagnostic précis, cela lui permet de savoir si les antibiotiques sont nécessaires. Plusieurs symptômes demandent votre attention, c’est le cas des brûlures que vous ressentez lorsque vous urinez. Il y a parfois de la fièvre, mais elle n’est pas systématique. Elle dépasse souvent 39 degrés et elle se rapproche de 40 degrés dans les cas les plus graves. Vous pouvez aussi ressentir des frissons, des sueurs, des douleurs abdominales et dans le dos. Ces dernières sont ressenties spontanément même si vous ne bougez pas, mais la palpation peut aussi être problématique.

En parallèle, la pyélonéphrite sans fièvre par exemple peut être à l’origine de nausées, de vomissements, de diarrhées et même de ballonnements. Vous constatez alors que les symptômes sont similaires à ceux identifiés pour une cystite classique. Toutefois, la pyélonéphrite peut se démarquer avec la fièvre et ces vives douleurs qui sont ressenties dans le bas du dos, elles traduisent une atteinte des reins qui peut être plus ou moins grave en fonction de votre réactivité. Cela est surtout problématique chez les enfants, car ils n’évoquent pas toujours ces désagréments. Il faut alors repérer tous les signes qui peuvent alerter comme une gêne lors des mouvements ou des grimaces au cours des déplacements.

Cela est surtout problématique lorsque la fièvre est absente, car il y a seulement les douleurs lombaires qui permettent de dissocier une pyélonéphrite et une cystite traditionnelle. L’infection peut également causer une fatigue intense puisque les bactéries affaiblissent le système immunitaire et cela est surtout vérifié chez les personnes les plus faibles.

Le diagnostic de la pyélonéphrite est parfois complexe

Si la cystite n’est pas très grave puisqu’elle peut être soignée sans traitement en buvant beaucoup d’eau, la pyélonéphrite représente tout de même une urgence que la fièvre soit présente ou non. En effet, les reins sont atteints, des complications plus ou moins graves peuvent être identifiées, d’où l’intérêt de procéder à un diagnostic précis. Ce dernier permet de déceler une douleur au rein droit ou un mal au rein gauche, il n’y a pas une prédominance spécifique et c’est aussi le cas pour une pyélonéphrite sans fièvre. Si vous cherchez un médecin qui puisse vous aider, il suffit de se focaliser sur la plaque professionnelle, vous pourrez ainsi dénicher la perle rare, car certains sont parfois spécialisés dans diverses maladies comme les infections des reins.

  • Le médecin effectue une analyse urinaire à savoir un ECBU qui permet de connaître le germe à l’origine de ce problème.
  • En fonction des résultats, il est possible de cibler des antibiotiques en relation avec les bactéries.
  • Même pour une infection urinaire sans douleur, des analyses de sang peuvent être demandées, cela permet d’éviter une complication. Le laboratoire pourra alors chercher les causes de l’inflammation, réaliser la formule sanguine et un dosage de la créatinine.
  • Lorsque cette infection urinaire est associée à un fort mal au dos, une échographie des reins est nécessaire au même titre que la vessie et les voies urinaires. Cette méthode permet de repérer une anomalie.

Chez les enfants, le mode opératoire reste le même afin de déceler un problème de rein et un mal de dos. Les spécialistes réalisent dans un premier temps l’ECBU puis un dosage sanguin.

Comment traiter cette infection urinaire avec des douleurs ?

Une infection urinaire classique peut être soignée sans forcément l’utilisation d’un traitement. Une bonne hydratation et un peu de repos peuvent s’avérer suffisants. Pour une pyélonéphrite avec des causes identifiées comme celles que nous avons pu évoquer, un traitement peut être nécessaire. Dans la plupart des cas, les professionnels de la santé ne prennent pas de risques inutiles, ils demandent donc une hospitalisation de cinq jours afin d’éviter les complications. De plus, les antibiotiques sont administrés par voie intraveineuse, cela permet d’avoir une action beaucoup plus rapide.

Tout le matériel est également sur place afin de réaliser dans les plus brefs délais une échographie dans le cadre d’une infection urinaire avec un mal de dos plus ou moins important. Un antibiotique est ensuite prescrit pendant 10 jours par voie orale. Il est important de préciser que le traitement pour une infection urinaire classique sans cette fièvre et ces douleurs est proposé pendant 3 ou 5 jours au maximum.

Lorsque la douleur rénale à gauche ou à droite fut très forte, les médecins estiment qu’il est nécessaire de réaliser six mois après la guérison une échographie des reins. Cela permet de déceler des séquelles qui pourraient être problématiques par la suite. Comme c’est le cas pour une infection urinaire traditionnelle, des récidives sont possibles, il faut alors trouver les causes exactes et de nouveaux examens peuvent être nécessaires afin de déceler par exemple une malformation. Dans certains contextes, une infection du rein sans ou avec fièvre peut nécessiter une intervention chirurgicale.

L’opération chez les adultes

Lorsque le reflux est identifié, une intervention est nécessaire et elle s’effectue via les voies naturelles. Les professionnels de la santé introduisent donc une sonde pour enlever le calcul ou le polype à l’origine de l’obstruction. Les urines s’occupent ensuite de l’élimination qui est assez rapide, cela ne nécessite pas une intervention plus précise pour les uretères, mais il y a parfois une malformation. L’endoscopie permet d’insérer une aiguille et une substance est alors utilisée pour améliorer les fonctions de ce clapet qui s’avère être défaillant.

Ce sont les seules interventions préconisées en fonction du symptôme de cette infection urinaire.

Des opérations chez les enfants

Contrairement aux adultes, l’intervention n’est pas systématique, les professionnels cherchent d’autres pistes, car une modification des uretères sera identifiée au cours de la croissance. Même si la fonction est défaillante au cours de l’enfance, elle peut être corrigée naturellement au fil des années. De ce fait, une infection rénale ne sera pas forcément à l’ordre du jour au cours de la vie d’adulte. Afin d’éviter les récidives, des antibiotiques seront toutefois proposés. Un suivi médical sera également important et au cours de ces examens complémentaires, les professionnels pourront savoir si le reflux a toujours autant d’importance. Si c’est le cas, une intervention chirurgicale est indispensable, elle consiste à réaliser une petite incision afin d’atteindre les uretères et la vessie.

La prévention a un rôle très important

S’il s’agit d’une malformation, la douleur au niveau des reins sera sans doute inévitable. Vous aurez donc une infection urinaire avec des symptômes plus ou moins handicapants, mais dans le cas contraire, votre hygiène de vie peut avoir un rôle très important. Ce sont des gestes simples qui peuvent vous apporter un vrai soulagement. Cette forte diarrhée et cette infection urinaire ne seront donc pas à l’ordre du jour.

  • L’hydratation est primordiale comme nous avons pu le voir, il faut donc boire 1.5 litre d’eau par jour afin de favoriser l’élimination des urines.
  • Pensez à uriner également après un rapport sexuel pour que les bactéries ne puissent pas stagner dans la vessie.
  • Ne vous retenez pas d’uriner au cours de la journée, dirigez-vous aux toilettes dès que l’envie se présente.
  • La constipation peut aussi être problématique au même titre que la diarrhée, vous devez donc adopter une alimentation à base de fibres.
  • Lorsque vous êtes aux toilettes, évitez de vous essuyer de l’arrière vers l’avant afin de ne pas transporter les matières fécales.

Cette prévention est souvent suffisante pour éviter une pyélonéphrite avec des symptômes problématiques comme la fièvre.

Quelques précautions supplémentaires pour les enfants

Les symptômes sont les mêmes chez les plus jeunes, mais ils peuvent pleurer lorsqu’ils tentent d’uriner, ils ont des vomissements, de la diarrhée, de la fièvre ou encore une fatigue intense et même une forte irritabilité. Dans la plupart des cas, une perte de poids peut aussi être identifiée. Il faut donc être attentif à ces signaux qui sont d’autant plus difficiles à percevoir lorsque vous êtes confronté à une infection urinaire chez le bébé qui n’a pas forcément de la fièvre.

  • Un bébé qui ne s’alimente pas suffisamment, qui n’arrive pas à prendre du poids ou qui est souvent grognon doit vous alerter.
  • La pâleur est aussi un problème important au même titre que cette fièvre inexpliquée.
  • Comme pour les adultes, les urines peuvent être nauséabondes et colorées, il y a parfois des traces de sang.
  • Si vous effleurez le ventre et que des douleurs sont ressenties, il y a peut être une infection rénale.

Il est judicieux de se rendre aux urgences au plus vite pour que des examens complémentaires soient réalisés. Dans près de 70 % des cas, une récidive n’est pas identifiée si les soins apportés ont été efficaces.

Les complications sont possibles

Vous avez désormais toutes les connaissances nécessaires pour reconnaître des urines marron, des douleurs dans le dos ou au ventre et même pour savoir si cette fièvre est liée à une infection urinaire. Si vous êtes face à une pyélonéphrite, vous devez réagir rapidement, car des complications sont possibles. La fièvre a donc tendance à persister après 72 heures, de nouveaux examens seront alors nécessaires pour suivre l’évolution de la maladie. Dans les cas les plus graves, le risque de septicémie ne doit pas être mis de côté, il peut alors se généraliser à d’autres organes.

Les complications sont également très graves au cours d’une grossesse. L’hospitalisation est alors indispensable et plusieurs signes doivent vous alerter à savoir des frissons, une forte fièvre et une altération de la santé en général avec éventuellement des courbatures. Un abcès rénal est donc possible, mais dans certains cas il est péri-rénal, il se situe alors autour du rein.

5 commentaire

  • Pascale Beaumont
    Posted 30 novembre 2018 5 h 24 min 0Likes

    Je viens d etre hospitalisée pour une pyelonephrite aiguë recidivente. rein droit Température jusqu à 41 degrés.
    Traitement antibiotique. Adapté. .
    Au bout de 8 jours pyelonephrite sans fièvre aux 2 reins….. ECBU et prise sang. .
    ECBU positif. ..J ai rdv chez mon médecin demain
    C est la ême pyelonephrite depuis 2 ans
    Et c est la ère fous sue mes 2 reins soient touchés. ..
    Qu’ en pensez vous?
    Cordialement.

  • francoise burel
    Posted 12 décembre 2018 17 h 35 min 0Likes

    J ai mal aux reins depuis 3 semaines ca me reveille la nuit plus du cote gauche
    J ai tres souvent la diarree
    J ai eu une bactrie

  • Assya
    Posted 13 décembre 2018 9 h 17 min 0Likes

    Merci pour toutes ces informations très utiles pour répondre aux questions que nous nous posons 😉

  • Yoni Rivadeneira Valdivia
    Posted 29 janvier 2019 7 h 34 min 0Likes

    Je suis très fatiguée avec énormément de mal à la colonne

  • Patrice CHACON
    Posted 20 mai 2019 22 h 53 min 0Likes

    Bonsoir y’a 1 semaine j’avais mal au rein gauche direct au urgence on m’a trouver un infection urinaire et une semaine après j’ai mal au rein droit problème je suis sous traitement du rein gauche comment peut ton savoir si mon rein droit aussi et infecter car la j’en n’est un peut ras le bol, de tous sa sa mes venue d’un seul coup merci de me dire se que vous en pensez !!!

Laisser un commentaire